Libre choix:Caractéristiques communes aux distributions «paquetisées»

De Libre choix
Aller à : navigation, rechercher

Un « paquetage » (ou « paquet ») est une archive rassemblant tous les fichiers nécessaires à l'installation d'un ensemble cohérent (par exemple un programme).

Un utilitaire fourni avec le système offre moyen de gérer facilement des paquetages, en particulier d'en installer, maintenir à jour (en installant la plus récente version) et désinstaller. Un bon système de paquetage gère les dépendances, surtout lors de l'installation d'un paquetage (en installant également tout ce qui lui est nécessaire) et désinstallation (en refusant de supprimer un paquetage nécessaire à des éléments encore installés).

Les paquetages destinées à certaines distributions arborent l'extension rpm tandis que d'autres emploient deb.

Louanges

(nat) Les programmes les plus communs et de très nombreux logiciels plus ou moins rares sont ainsi disponibles sous une forme facilitant leur installation, configuration et désinstallation.

(seb) Ces distributions s'inter-enrichissent car des logiciels « convertisseurs » de paquets existent.

Critiques

(nat) Les paquets non proposés par l'éditeur même, dits « contributions », sont parfois défectueux. Éviter d'installer ainsi des composantes du système...

(olive) ... précise en illustrant : OpenSUSE, Mandrake et Fedora (entre autres) ont des paquetags rpm, en théorie compatibles, mais ce n'est que très rarement le cas, pour des raisons liées au mode de compilation différent, à la compatibilité avec les bibliothèques et/ou à des emplacements différents dans le système de fichiers pour des ressources essentielles (en particulier des fichiers de configuration). Se méfier énormément, surtout quand on récupère des paquets « contrib ».

(jdd) Le nombre de formats de paquetages est trop élevé et les utilitaires (alien ...) permettant de convertir le font ... plus ou moins bien et ne peuvent guère contourner les problèmes ci-dessus évoqués par olive.

(olive) Pour installer des logiciels personnels, on est contraint de se restreindre à /usr/local car il ne faut pas interférer avec la base des paquets installés, eux, dans /usr/{s}bin et /{s}bin. Toutefois, cette remarque n'est peut-être pas une critique car l'installation des logiciels personnels est plus appropriée dans /usr/local (cf. FHS). Il faut simplement faire attention si l'on veut compiler un logiciel déjà installé à partir d'un paquetage (mésaventure vécue).

En résumé : n'installer que des paquetages officiels destinés à la distribution employée !